jeudi 3 août 2017

Communiqué de l’association « Demain Brétignolles » du 2 août 2017.


Quelques réflexions et mises au point méritent d’être publiées sur ce blog, suite à la lecture de la prose  « journalistique » du magazine « Nouvel Ouest ».
Tout d’abord, dans l’introduction, il est dit que si la population se montre favorable au projet, celui-ci pourrait voir le jour. Il faudrait expliquer à ce… journaliste qu’une enquête publique n’est pas un référendum, seuls les arguments étayés sont pris en compte par les commissaires enquêteurs, qui eux-mêmes doivent fournir des conclusions et avis motivés.
Rétablissons le déroulement des faits : au regard des avis défavorables de la commission d’enquête, le préfet informe le maire qu’il ne donnera pas l’autorisation à la réalisation du projet. Le maire prend acte et retire (piteusement) son dossier. Ce qui n’est pas une suspension d’enquête.
Quant aux travaux de percement du plan d’eau, c’est bien sur demande expresse du maire (et non de la DRAC) qu’il est procédé à un diagnostique archéologique préventif.
Venons-en aux trois critères préalables :
  • Pas d’impact environnemental sur la mer (merci bien, avec percement d’un chenal et enrochements artificiels en mer).
  • Ne devra pas coûter un centime aux Brétignollais (merci bien c’est déjà fait, mais comme dit un adjoint, les millions dépensés sont déjà payés).
  • Sanctuarisation des alentours (un port sans programme immobilier adapté est voué à l’échec comme Port Médoc) et qui peut croire à une telle promesse ?
Le scénario de l’achat de la ferme de la Normandelière ! On croit rêver. Il était une fois… un promoteur, par hasard fait une offre faramineuse au fermier pour l’achat de sa propriété, puis par hasard, le maire « négocie » son rachat. Plus c’est gros, plus ça passe, comme disait un as de la com. peu recommandable. En attendant, cette affaire n’est pas réglée suite au jugement d’annulation du Tribunal Administratif.
Le vieux loup de mer qui sert la soupe au roi des vérandas, émet quand même quelques réserves : « à Brétignolles, on creuse quelque chose de nouveau, on ne sait pas comment la nature va réagir. De la vase va-t-elle se former ? comme à Pornic et à Trentemoult ». Interrogation aussi profonde que le trou du port !
Pour le super montage financier, la subvention de 10% du président Auvinet n’est pas encore acquise : « il va falloir rediscuter avec les élus concernés…. Ce qui n’a jamais été fait de façon très précise (depuis mon élection) et le projet n’a jamais été évoqué dans les discutions avec la région ».
Pour conclure, il ne faut pas donner beaucoup d’importance à l’article de ce journal que l’on trouve dans les salons VIP des aéroports. Cela n’est qu’une plaquette publicitaire au blabla mille fois rabâché par un porteur de projet très bon représentant de commerce (ce qu’il n’a jamais cessé d’être).
Préoccupons nous plutôt des vrais dossiers à venir et grand merci à Jean Yves pour la qualité de ses recherches et analyses.
La Présidente
M.LUCE